[07] Freezone

2 juillet 2016
Proposée par Calimaq
Diffusée le(s) samedi
de 14h à 14h30

[07] Freezone

L’épisode 7 de Freezone traite des actualités suivantes:

  • Evénément : Fait rarissime, Wikimedia France a décidé depuis lundi de faire figurer un bandeau d’alerte sur la version française de Wikipedia, dénonçant un risque de « privatisation du domaine public » du fait de certaines dispositions de la Loi Création, en phase finale d’adoption au Parlement. L’association dénonce notamment la création d’une taxe sur l’indexation des images par les moteurs de recherche, qui aurait des répercussions indirectes importantes sur les images sous licence libre, et la création d’un nouveau droit à l’image sur les immeubles des domaines nationaux. En quoi ces deux dispositions sont-elles susceptibles d’avoir des conséquences négatives sur le partage de la culture ?
  •  
  • À surveiller :Sous la pression des gouvernements, Google et Facebook ont annoncé cette semaine qu’ils allaient utiliser des moyens de filtrages automatisés pour retirer les contenus « extrémistes » postés par leurs utilisateurs. Plus exactement, ils vont réutiliser les « Robocopyright » – des algorithmes de repérages des contenus sous droits fonctionnant sur la base d’empreintes – pour comparer les flux à une base de référence de contenus « blacklistés ». Or cette évolution est très inquiétante, car en matière de droit d’auteur, c’est « drones juridiques » ont déjà montré de fortes limites, avec de très nombreux retraits abusifs comme c’est le cas par exemple sur Youtube avec le système ContentID. On s’oriente vers une extension inquiétante de la « police privée » exercée par ces plateformes, avec des répercussions potentiellement très négatives sur la liberté d’expression et d’information.
  •  
  • Pépite libre : La fondation Creative Commons lance cette semaine une opération Open Cancer (#OpenCancer sur Twitter) en appelant à libérer les résultats de la recherche scientifiques sur cette maladie. Il peut s’agir d’articles scientifiques publiés dans des revues, qui ne sont accessibles que derrière un paywall ou de données de recherche encore confidentielles. Creative Commons appelle à amplifier les politiques d’Open Access et d’Open Data dans ce secteur et va développer des outils éducatifs pour permettre aux communautés de chercheurs d’utiliser des licences libres pour diffuser leurs travaux.