[01] Liberté, égalité, surveillés

Publié le: 3 mars 2016

Auteur(s): OliCat

Crédit(s): Licence Creative Commons Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

hacked-team

Si comme nous vous adorez les histoires dont l’issue redresse un minimum le rapport de force entre les méchants et les gentils, vous avez sans doute apprécié celle dont le héros, malmené, écrasé, humilié, est la société Hacking Team.

 

Listée par Reporters Sans Frontières parmi quatre autres ennemis de l’Internet dans son rapport spécial surveillance publié le 12 mars 20131, l’entreprise à fait l’objet en juillet 2015 d’une fuite de données sans précédent. 415.8 Go qui rapportent les petits et grands secrets d’une firme qui à l’instar d’Amesys, BlueCoat, Trovicor et Gamma, compte parmi ses clients États, agences de renseignements et autres commandements militaires; tous réunis par le souci d’opérer une veille permanente et préventive de toute voix dissonante susceptible de conduire à une déstabilisation des régimes qu’ils représentent.

 

Clients, codes sources, mails, factures, comptes bancaires, documents et wiki interne, rien ne manque à l’appel, l’intégralité des serveurs visités est exposée et accessible à tous sur Internet. Pour donner le change, les produits de ces sociétés sont toujours annoncés comme des procédés défensifs et hacking team ne déroge pas à la règle:

Dans les communications numériques modernes, le chiffrement est largement employé pour protéger les utilisateurs de la surveillance. Malheureusement, le chiffrement empêche aussi l’application de la loi et ôte aux services concernés, la capacité d’empêcher les crimes et de prévenir les menaces sur la sécurité intérieure.

En réalité, il impliquent le déploiement d’outils qui violent systématiquement les droits des individus décrétés dangereux, non conformes, qui en seraient devenus les cibles. Reporter Sans Frontières résume :

C’est une technologie de sécurité agressive, un logiciel espion, un cheval de Troie ou un bug. C’est un outil de surveillance, un outil d’attaque, un outil de contrôle des terminaux. En d’autres termes, c’est un outil de contrôle des ordinateurs »

Ce que ne dément pas un commercial de Hacking Team traduit et cité pour Libération par Pierre Alonzo et Alexandre Léchenet.2

La solution principale s’appelle RCS (Remote Control System), dans sa dernière version 9.6, Galileo. Galileo est capable […] de collecter une grande variété de preuves sur les PC, mobiles et tablettes des suspects et criminels : les enregistrements de Skype, la voix, les chats, les messages sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter ou autres, mais aussi les mails, les fichiers, les copies d’écrans, les sites web visités, les passwords des navigateurs, la géolocalisation, les photos, les contacts, le calendrier, etc.»

 

Combattre le terrorisme, lutter contre la pédopornographie, deux justifications brandies en manière d’étendard comme raisons ultimes faiseuses de légitimité pour qui vendent et achètent ces armes numériques responsables de morts bien réelles lorsqu’elles servent des régimes connus pour enfermer leurs peuples dans des cages idéologiques ne souffrant pas la dissidence à l’instar du Maroc, la Libye ou encore la Syrie toutes clientes de ces sociétés.

 

Chacun est à même de s’émouvoir du déploiement d’Eagle©, produit phare Amesys dans la Libye de Kadhafi, une affaire dévoilée par le magazine en ligne Reflets.3On en saisit immédiatement les incidences, on se doute que le régime ne s’est pas équipé pour combattre la pédopornographie mais bien pour identifier ses ennemis, journalistes, blogueurs et autres entités de luttes contre les forces au pouvoir. Luttes qui ne sont pas nécessairement armées et peuvent se borner au récit des réalités vécues et la diffusion d’autres vérités que celles qui servent la construction par le régime, de l’Histoire dont il devra être l’unique prescripteur s’il entend perdurer.

 

La situation devient plus complexe lorsqu’elle concerne des régimes réputés démocratiques et que dire lorsqu’il est question d’un pays dont on affirme qu’il serait la patrie des droits de l’homme ?

Notes

  1. Les ennemis d’Internet
  2. La France intéressée par les logiciels espions d’une entreprise trouble, 8 juillet 2015.
  3. Nous vous conseillons la lecture des nombreux articles qu’ils lui ont consacrés.